3G8A4211
Images

Style Unique Et Recherche

Published on number 37 of Images, juin 2016

Dans les résidences de montagne, l’intervention de restructuration constitue un exercice professionnel qui place l’architecte face à de véritables défi s : l’objectif est de trouver, même dans les pièces aux dimensions limitées, des solutions de grande qualité et confortables, garantissant également un excellent standard d’habitation.
C’est le cas de ce logement de vacances accueillant, situé au dernier étage d’un immeuble dans la zone résidentielle prestigieuse de Cianderies, à Cortina d’Ampezzo, où la passion de l’architecte chargé de l’ouvrage pour l’univers nautique et le design naval a été mise au service du projet : cela a abouti à une savante optimisation des espaces, comme d’ordinaire dans les projets navals. Une organisation parfaite et étudiée de la distribution des pièces a permis d’obtenir deux chambres, une salle de bain et un vaste living surmonté d’une mezzanine.
La revisitation des ouvertures préexistantes sur l’extérieur a consenti d’améliorer et de rendre plus fonctionnel l’espace jour. L’inversion de la porte qui donne sur la terrasse et la large fenêtre avec vue sur la combe d’Ampezzo ont rendu la salle à manger vaste et lumineuse.
Le living inclut aussi le coin cuisson, tout petit mais tout confort, doté d’électroménagers compacts parfaitement assemblés, ainsi qu’une zone canapés, inondée de lumière naturelle grâce à la large lucarne, où se trouve également un poêle à bois traditionnel en faïence, qui sert de chauffage d’appoint. Expressément réalisée, la porte du feu s’avère très intéressante, car elle est ornée du décor classique des granges à foin d’Ampezzo, également repris sur les portes.
La hauteur du living a permis de créer une mezzanine-coin détente, où l’on monte en empruntant un escalier éclairé de bandes LED placées sous les marches ; comme à bord d’un yacht, ces dernières ont été exploitées en tant que conteneurs.

À l’amont, la chambre principale est meublée d’armoires réalisées sur mesure et profi lées pour s’adapter au toit, de façon à exploiter toute la hauteur ; dans la chambre des enfants, les deux lits sont décalés, afi n de laisser la place à une armoire supplémentaire sous l’un des deux ; à la salle de bain, les murs au revêtement en résine d’un beau gris chaleureux reprennent les nuances de la pierre Dolomia de la douche, qui est insérée dans une niche éclairée de façon scénographique par une lucarne et dont les parois sont couvertes de pierre clivée.
La conception soignée de tous les éléments de l’ameublement et l’exécution artisanale précise du travail sur mesure ont permis d’exploiter jusqu’au moindre recoin de l’habitation ; c’est le cas, par exemple, des bancs de la salle à manger, avec leurs paniers extractibles, ou des meubles et des tiroirs obtenus sous l’escalier d’accès à la mezzanine et sous les canapés. Le choix des matériaux employés confi rme le lien étroit qui unit l’architecte à son terroir : les éléments de la tradition locale sont revisités, mais très présents. L’essence privilégiée pour le mobilier, les portes et les sols est le mélèze traité en autoclave, dans le but précis d’augmenter la résistance de la matière et de lui conférer des tonalités plus chaudes sans recourir à des vernis colorés.

Tout l’ameublement est réalisé dans ce même bois, brossé et à la fi nition « brut de sciage » ; les dalles de pierre polie du receveur de douche, des comptoirs de la cuisine et de la salle de bain, ainsi que la pierre clivée revêtant l’intérieur de la douche sont en Dolomia, la pierre qui forme les parois rocheuses des Dolomites et qui se teinte de rose de l’aube au coucher du soleil, donnant lieu au célèbre phénomène de l’enrosadira, typique de ces vallées. Il s’agit donc de matériaux fortement enracinés dans les constructions locales.

Les textiles complètent le tableau : choisis avec un soin extrême par le maître d’ouvrage, de concert avec l’architecte, ce sont des tissus aux tons neutres et rassurants. La légèreté et la pureté des tentures en lin blanc qui fi ltrent délicatement la lumière du soleil s’allient au tissu ouvré gris du canapé, que l’on retrouve sur les coussins des chaises de la salle à manger.
La tête de lit est revêtue de cuir vintage d’une chaude tonalité chocolat, qui revient, dans ses multiples nuances, dans les différentes pièces de la maison. Avec les autres matériaux choisis dans le cadre de cette intervention, le cuir contribue à la continuité et à l’harmonie des espaces de ce « nid » pour les vacances, où chaque pièce conserve toutefois son style unique et recherché.