40_art1_TOP_1
Images

L’HARMONIE ENTRE NATURE ET ARTIFICE

Published on number 40 of Images, novembre 2017

L’architecture contemporaine est toujours plus souvent un projet qui tient compte de la géographie, comme du contexte topographique, qui dialogue directement avec les caractères orographiques et hydrographiques du site d’une façon interstitielle, de manière à créer de fortes relations entres les volumes et le terrain. Dans cette maison individuelle, la nécessité de concevoir organiquement les liens spatiaux et physiques entre le sol et l’édifice est apparue clairement, afin de fondre l’extérieur avec l’intérieur, l’espace ouvert avec l’espace couvert, pour aboutir à un ensemble unitaire harmonieux comprenant la nature et l’artifice. Le rapport de la construction avec le paysage est volontairement substantiel: la qualité du contexte paysager a suggéré à l’auteur du projet de ne pas altérer le profil topographique par des volumes forcés hors de terre, mais de suivre le mouvement naturel du versant, donnant ainsi naissance à une architecture caractérisée par un grand équilibre.

..

Dans un milieu naturel d’une beauté rare, la conceptrice est intervenue sur un petit bâtiment préexistant pour en faire une maison individuelle en mesure de transmettre une sensation de paix, grâce à une nouvelle spatialité sur la base des éléments précédents et du nouveau programme fonctionnel. La preuve de la sensibilité de cette réalisation architecturale réside dans sa capacité de s’insérer avec une grande délicatesse dans un milieu que l’on souhaiterait intact. L’aboutissement est une maison individuelle unique et raffinée, aux dimensions contenues, mais offrant plusieurs services et, surtout, des espaces recherchés, conçus pour permettre des moments intimes d’évasion, de bien-être et de détente, dans un contexte naturel extraordinaire. La superficie concernée par le projet et la connaissance des architectures alpines traditionnelles, pensées – pour des raisons liées au milieu – comme agrégation de petits espaces, ont orienté la conception. La maison se développe sur trois niveaux, destinés de façon distincte à des pièces conviviales ou intimes, reliés par un escalier qui se dématérialise au fur et à mesure qu’il monte, grâce à l’utilisation du bois, du fer et du verre. Le résultat est une séquence d’espaces contenus, pensés pour offrir aux maîtres de maison et à leurs hôtes l’opportunité se détendre. Les matériaux choisis respectent la tradition locale, mais sont savamment mêlés pour obtenir un maximum de confort et un agencement architectural typiquement montagnard, afin de créer un «lieu d’identité actuelle» dans un contexte fortement marqué par des clichés vernaculaires. Une déclaration ouverte de contemporanéité, sans crainte de bouleverser les sensations engendrées par ce contexte. Le plan s’articule en une séquence d’espaces dont le prolongement matériel est constitué par la terrasse, dans une continuité spatiale entre les intérieurs et les extérieurs, où les géométries rigoureuses de la conception créent des ambiances chaleureuses et domestiques.

..

Les volumes définissent les pièces de la maison et se succèdent suivant un parcours vertical avec une vue panoramique sur le glacier et sur la vallée, par de larges baies vitrées. À l’intérieur, la distribution vise à assurer la plus grande autonomie des habitants, grâce à des pièces indépendantes, où l’on accède directement à partir de la terrasse et du jardin. L’intervention mise sur la qualité de l’espace et de la lumière; le jeu de l’éclairage naturel et artificiel crée des ombres et caractérise l’architecture, qui n’apparaît jamais banale. La variation légère des positions, des formes et des dimensions des ouvertures permet à la lumière naturelle de pénétrer de plusieurs façons: les lucarnes de la terrasse font passer la lumière zénithale au travers des dalles de verre, dilatant les espaces et augmentant la dématérialisation des murs; à l’intérieur, la passerelle vitrée relie les volumes du rez-de-chaussée à ceux du premier étage et fait entrer la luminosité du glacier et une vue verticale stupéfiante, alors que la fenêtre en coin permet à la lumière horizontale d’atteindre la zone plus privée et plus intime. La lumière envahit les pièces de la maison avec toute son intensité, frappant les surfaces en bois de conifère, bien fini en 3D; l’enduit lumineux et le fer plié avec maestria réalisent la symbiose entre l’habitation et le paysage alentour, faisant entrer l’émotion de la nature dans la maison.

En conservant la configuration naturelle du terrain, le projet – avec sa composition volumétrique essentielle – se veut le signe d’un artifice unique et naturel, conçu avec une implication émotionnelle, dans une synergie évidente entre la conceptrice, les maîtres d’ouvrage et les artisans.