40_art5_TOP
Images

UN CHALET AU PARADIS

Published on number 40 of Images, novembre 2017

La vue embrasse à 360° les montagnes de la Vallée d’Aoste, de la chaîne du Mont-Blanc au massif du Mont-Rose, en passant par le Cervin… Tout près de la Haute-Savoie et avec un regard sur la Suisse juste à côté, nous sommes dans un «petit coin de paradis»! La famille, les ancêtres, les générations de montagnards vous transmettent non seulement une culture et des passions, mais vous conduisent à aimer ce bien précieux que le destin vous a réservé, le territoire où vous êtes nés. Plongé dans le milieu alpin, à 1900 mètres d’altitude environ, jadis ce petit mayen servait d’abri aux alpagistes, avant d’être abandonné avec le temps. Aujourd’hui, il a été réhabilité et complètement restructuré: ainsi, les territoires familiaux – très intéressants au point de vue du milieu naturel – reprennent vie.

Dans tout l’arc alpin, l’architecture se distingue par des points communs pour ce qui est des matériaux de construction, c’est-à-dire le bois et la pierre. Travaillés suivant les techniques d’autrefois et en réemployant sur place tout ce qui était possible, les deux ont été déterminants dans la restructuration de ce petit édifice rural. Le résultat est un chalet accueillant et tout confort, réalisé avec habileté et amour, où rien n’est banal ni laissé au hasard. L’intervention a commencé par un rude travail de déblaiement de la ruine et de classement des matériaux récupérés. Ensuite, la partie structurelle a demandé beaucoup d’engagement et a occupé la belle saison, alors que les mois d’hiver ont été consacrés au travail sur mesure destiné à être installé plus tard sur le chantier. Chaque élément témoigne de souvenirs, tout comme les pierres des murs extérieurs qui prouvent, avec leurs lichens, que le temps s’écoule, mais laisse une trace indélébile…

uno chalet in paradiso

À l’intérieur, les planches centenaires trouvées sur place ont été réemployées: elles cohabitent avec les nouveaux bois de mélèze et de pin cembro, qui n’ont pas été traités avec des produits chimiques pour que, au fil des ans, ils continuent à dégager le parfum typique de leur espèce.
Les boiseries et le mobilier ont été réalisés avec passion et patience; l’escalier qui relie le rez-de-chaussée à l’étage a requis une grande habileté et beaucoup de talent. Les habitants de ces lieux sont, de tous temps, des gens simples, de grands travailleurs, pour lesquels la foi représente un point de repère et un soutien. C’est pourquoi une croix en bois était toujours présente dans leurs habitations rudimentaires: ils confiaient leurs espoirs et leurs attentes à ce symbole. Aujourd’hui, le mayen est un bon abri pendant les mois d’hiver pour les hommes qui se dédient à la chasse. Cette activité représentait autrefois une ressource pour entretenir la famille, alors que maintenant c’est une sélection contrôlée; les trophées-
souvenirs ne manquent donc pas. L’hiver est une saison magique où tout s’endort: la neige protège la nature pour laisser place, au printemps, à une nouvelle saison de prairies en fleurs, de pâturages et de ruisseaux. Un paysage magnifique à contempler et dont profiter, comme le soulignait il y a quelques années un pape qui choisissait la Vallée d’Aoste pour ses vacances en la définissant «un petit paradis créé par le Seigneur» à préserver, à aimer et à sauvegarder pour le transmettre aux prochaines générations.